Mission

La Méditerranée a été de tout temps un lieu d’échanges et de confrontations parce qu’elle est, sur un espace donné, à la fois un lien et une fracture pour des civilisations qui ont structuré une grande partie du monde.
La méditerranée a donc toujours été, par ce simple fait, un espace d’échanges économiques et une matrice de création d’idées, elle le demeurera.


Vision

Le Cercle Amical pour la MEDiterranée (CAMED), fondé par Dr. Ijab KHOURY, Adjointe au Maire du 16ème Arrondissement à Paris est une association loi 1901 qui a pour objectif l'ouverture, la diversité, la promotion, l'aide au développement durable des villes de la Méditerranée par le groupement amical en France et le maintien de liens étroits avec tous les pays de l'Union pour la Méditerranée.

Actualités


26/05/2016 - L'intégration des libanais en France: Obstacles et Motivations
J'interviens le 31/5/2016 à Sciences- Po Paris Avec les prochaines primaires des "Les Républicains", les élections législatives et présidentielles en 2017, le débat sur l'intégration fait parti du programme de presque tous les candidats. C'est dans cette optique que l'association du message inter culturel Franco - libanais et Sciences -Po ont l'honneur de vous inviter à leu conférence du 31 mai 2016. J'interviens sur mon engagement politique et mes motivations.
10/05/2016 - Attaché au dialogue entre les peuples
Le cercle amical pour la Méditerranée (CAMED) a toujours été attaché au dialogue entre les peuples , les communautés , les cultures et les religions , entre la rive nord et la rive sud de la Méditerranée.
Le Liban est un pays très singulier avec ses dix huit communautés et des caractéristiques uniques qui permettent de riches interactions entre ses différentes composantes.
Le CAMED a voulu encouragé ces interactions et participé à la promotion de la culture au Liban en parrainant des visites de musée .
La première visite aura lieu le jeudi 12 mai au musée Mim à Beyrouth.
Deux classes de seconde du "Lycée public mixte Al Kobbé 2" de Tripoli y participeront .
Le CAMED tient à remercier le Mim Museum pour l'organisation de ce projet , pour les moyens mis à notre disposition pour le déplacement , et finalement pour l'accueil des lycéens prévu sur place.


21/04/2016 - Le littoral libanais est menacé.
Le littoral libanais est menacé. Les ordures vont plomber et polluer la mer Méditerranée. Sauvons la, signons cette pétition.
07/04/2016 - C'était il y a six ans lors du 2ème colloque du CAMED : Les Défis Méditerranéens
17/03/2016 - Le CAMED co-organise Les Journées du Liban
Le CAMED co-organise les journées du LIBAN qui auront lieu le 18-19-20 Mars 2016 dans les halles des blancs manteaux au : 48 rue Vieille du Temple 75004 Paris.
L'inauguration aura lieu le 18 mars à 18 H.
Une Table ronde sera organisée par le CAMED dans le cadre de ces journées,elle aura lieu le 19 Mars à 14H 30 et portera sur : l'influence de la culture sur le développement des villes méditerranéennes .
Le programme de la table ronde se trouve dans le lien joint




16/05/2015 - Méditerrannée passé et avenir
17/04/2015 - « JOURNEES DU LIBAN » - festivités franco-libanaises à Paris
14/04/2015 - Prix de poésie 2015 Bureau culturel de l’ambassade d’Égypte
13/12/2014 - Deux programmes de l’ocemo labellisés par l’union pour la méditerranée
Piloté par l’Office de Coopération Economique pour la Méditerranée et l’Orient (OCEMO), en partenariat avec l’Ecole de la Deuxième Chance de Marseille et l’Agence Française de Développement, le programme Méditerranée Nouvelle Chance (MedNC) consiste à développer un réseau de dispositifs d’insertion professionnelle spécifiquement adaptés aux contextes et aux besoins des pays du Sud de la Méditerranée en s’appuyant sur le modèle pédagogique des Ecoles de la Deuxième Chance (E2C). Il concerne, dans un premier temps, le Maroc, la Tunisie et l’Algérie.

Piloté par le Réseau Méditerranéen des Ecoles d’Ingénieur et de Management (RMEI), en partenariat avec l'Association des Chambres de Commerce et d'Industrie de la Méditerranée (ASCAME), l’Association des Ingénieurs Francophones d’Egypte (AIFE), l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX), Campus France, les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF), le Club des Entrepreneurs et Industriels de la Mitidja (CEIMI), l'Ordre des Ingénieurs Tunisiens (OIT), l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (UTICA), l’OCEMO et avec le soutien financier du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, le programme HOMERe « High Opportunity for Mediterranean Executives Recruitment » est un dispositif innovant de mobilité qui consiste à connecter les jeunes diplômés au monde de l’entreprise méditerranéenne au moyen de stages internationaux. Il concerne, dans un premier temps, l’Algérie, l’Egypte, la France, la Grèce, l’Italie, le Liban, le Maroc, l’Espagne et la Tunisie.

Ces deux programmes au sein desquels l’OCEMO est promoteur viennent d’obtenir le label de l’Union pour la Méditerranée.

Concrètement, l’obtention de ce label témoigne d’un soutien politique qui se traduit par l’approbation à l’unanimité des quarante-trois pays membres représentés par leurs ministères des Affaires étrangères. Il renforce donc la crédibilité des programmes à l’échelle régionale et facilite la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes au niveau national. La visibilité internationale des programmes est également renforcée, ce qui simplifie l’accès aux partenaires techniques et financiers susceptibles de contribuer à leurs élargissements aux autres pays du bassin méditerranéen.


06/12/2014 - Intervention de Ijab Khoury sur RMC sur le vote à l'assemblée nationale française pour la reconnaissance d'un état palestinien



17/09/2013 - Hollande tente une relance de l'Union pour la Méditerranée
François Hollande a repris le flambeau et a réuni jeudi à Paris les 43 pays membres de l'Union pour la Méditerranée (UpM). On croyait cette instance définitivement comateuse... Nicolas Sarkozy, qui en fut l'initiateur en juillet 2008, rêvait d'en faire le grand partenaire de l'Europe vers le Sud. Malheureusement, l'UpM est tombée dans une certaine torpeur depuis plus de deux ans à la suite de multiples divisions entre ses 43 membres (dont Israël et la Palestine).

L'UpM tente aujourd'hui de se relancer autour d'un thème qui peut surprendre : le renforcement du rôle des femmes dans la société à travers leur participation à la vie politique, économique et sociale. On est loin des ambitieux projets de coopération énergétique des débuts. C'est donc Najat Vallaud-Belkacem, en tant que ministre du Droit des femmes, qui a, au nom de la France, coordonné les travaux de cette conférence ministérielle, François Hollande ayant reçu, pour sa part, à dîner les participants mercredi à l'Élysée.

Des "droits génésiques" pour les femmes musulmanes
Des rencontres euroméditerranéennes avaient déjà eu lieu sur ce thème à Istanbul, en 2006, et à Marrakech en 2009. À Paris, il s'agissait aussi de faire avancer la lutte contre les violences envers les femmes et de faire évoluer les "mentalités" et les comportements à leur égard (harcèlement dans les rues notamment) afin de promouvoir l'égalité femmes-hommes "dans la réalité", et pas seulement dans les textes. La France avait à coeur de promouvoir l'idée de "droits sexuels et reproductifs", une formule diplomatique ouvrant la porte à la contraception dans les pays musulmans...

La négociation sur ces termes a été assez difficile ces derniers mois. La déclaration finale évoque un "droit à des soins de santé appropriés, y compris en matière de santé sexuelle et génésique, et des droits génésiques". C'est en fait la traduction des termes anglais : "sexual and reproductive health and reproductive rights". Une avancée formelle significative rendue possible par l'affaiblissement de l'Égypte en juillet dernier quand le texte est entré dans sa phase finale de négociation... Au même moment, le président islamiste Morsi était destitué par l'armée. "Comme l'Égypte donne souvent le la pour la position commune des pays arabes, la vacance du pouvoir égyptien a permis des avancées", confie une source proche de la négociation. Ankara avait délégué à Paris non pas un ministre, mais une personnalité représentant le "conseil national des femmes", une structure administrative.

Il n'était pas si simple, en effet, de réunir sur ce sujet les 43 pays membres dans la mesure où, pour nombre d'entre eux, la place des femmes fait l'objet de débats brûlants au lendemain des Printemps arabes. Après avoir participé largement aux mouvements insurrectionnels, les femmes ont par la suite été victimes d'un regain de violence, comme en Égypte, où, dans les environs de la place Tahrir au Caire, les agressions envers les femmes sont devenues légion. Début juillet, 91 agressions sexuelles ont été recensées en quatre jours par Human Rights Watch en marge des manifestations contre le président Morsi.

Douze projets financés
Vingt-cinq ministres se sont déplacés afin d'adopter cette résolution solennelle. Naturellement, la Syrie de Bachar el-Assad n'était pas représentée, mais François Hollande avait invité une activiste de Homs afin de parler de la situation des femmes dans le conflit syrien. "En Syrie, les femmes sont aussi les premières victimes de ce qui s'y produit, a souligné le chef de l'État français dans son discours de bienvenue. Les violences font partie de la stratégie de la terreur aussi bien du régime que des groupes djihadistes ; et de nombreuses femmes se trouvent déplacées ou réfugiées."

François Hollande ne souhaitait pas s'en tenir à la simple adoption d'une résolution. C'est pourquoi cette conférence de l'Union pour la Méditerranée a défini 12 projets concrets portés par des ONG ou des institutions de plusieurs pays. Ces projets seront financés et régulièrement évalués par l'UpM. La France a poussé par exemple pour la création d'un "réseau de jeunes femmes d'avenir" qui devrait permettre chaque année à une centaine de femmes des deux rives de la Méditerranée de se retrouver et de créer des liens permanents. "Ce sont ces réseaux-là qui permettront de renforcer la solidarité entre nos sociétés", estime François Hollande. De beaux discours, mais seront-ils suivis d'effets ?


25/07/2013 - L'UPM, un gros echec, deux vraies réussites
Alfred Mignot | 22/07/2013, 19:42 - 496 mots

Cinq ans après le sommet fondateur de l'Union pour la Méditerranée, l'échec politique de l'organisation est patent. Mais l'UPM a généré une meilleure gouvernance et fait naître de nombreux projets concrets.

Voici cinq ans exactement, Paris portait l'Union pour la Méditerranée (UPM) sur les fonts baptismaux, lors d'un sommet fondateur, le 13 juillet 2008. Dans l'euphorie de la grande pompe déployée à l'Élysée et au Grand Palais, les candides de tout bord s'étaient laissés aller à rêver : grâce à la magie du volontarisme politique du président Sarkozy, la nouvelle institution allait régler des conflits irrésolus depuis des décennies. Hélas, les enthousiasmes furent vite refroidis quelques mois plus tard, dès le 27 décembre 2008, lorsque Israël lança contre la bande de Gaza l'opération militaire « Plomb durci ». Elle dura trois semaines et l'un de ses dégâts collatéraux fut... la mort prématurée de l'UPM politique.

Si l'on considère cependant les projets engagés depuis 2008 et l'avancée de la gouvernance du partenariat dont l'UPM jetait les bases, l'appréciation est tout autre. Outre les très grands projets, évalués en milliards d'euros (lire page 5), on n'en compte pas moins d'une centaine « en millions », actuellement en gestation au secrétariat général de l'UPM, à Barcelone. Deux des plus importants sont l'autoroute transmaghrébine (670 millions), livrable en 2015, et l'usine de dessalement de Gaza (310 millions, pour 2017).


Une coprésidence nord-sud
À côté de ces investissements d'infrastructure, plusieurs opérations visent le bénéfice de la société civile. C'est le cas de l'appui à l'Association des organisations de femmes d'affaires méditerranéennes, dont l'objectif est de favoriser l'émergence de l'entrepreneuriat féminin, ainsi que de Med4Jobs, initiative directe du secrétariat général pour faciliter l'accès au marché du travail. Ou encore, lancée par le Maroc, la création de l'université Euromed de Fès, qui accueillera dès 2015 des étudiants de toute la région...

Côté gouvernance, la situation et les esprits ont bien avancé. Face aux critiques des Psem (pays du Sud et de l'Est méditerranéen) -qui dénonçaient depuis des années la posture néocoloniale du Processus de Barcelone (1995), le Nord pensant pour le Sud et essayant de lui imposer ses vues -, il fut décidé que l'UPM serait partenariale (chaque pays peut proposer un projet) et paritaire. Symbole même de cette volonté : l'instauration d'une coprésidence Nord-Sud, assurée aujourd'hui par la Jordanie et la Commission européenne. En outre, l'UPM a adopté un fonctionnement par projets et à géométrie variable : la participation relève du seul volontariat, mais aucun pays ne peut être exclu d'un projet auquel il souhaiterait participer.

D'autres « plus » institutionnels essentiels ont été mis en place, comme l'ouverture des projets à la participation du secteur privé, les coopérations décentralisées et la reconnaissance du rôle de l'Assemblée parlementaire euroméditerranéenne (Apem) comme « l'expression parlementaire légitime » de l'UPM.

Désormais, ces principes de fonctionnement sont suffisamment opérationnels pour faire avancer des projets concrets, estime Fathallah Sijilmassi, ancien ambassadeur du Maroc en France et, depuis février 2012, secrétaire général de l'UPM, installé à Barcelone : « Nous sommes interpellés par la nécessité de résultats sur le terrain. Ainsi, au lieu d'attendre la situation idéale, nous avons choisi d'investir le champ du possible. Et ça marche ! » déclare-t-il à La Tribune.


07/04/2013 - Sijilmassi se félicite de la dynamique créée à Marseille pour la relance de l'UPM
Le Secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UpM), M. Fathallah Sijilmassi, s'est félicité de la dynamique créée cette semaine à Marseille pour la relance de l'Union, avec pas moins de trois forums ayant le mérite de mobiliser décideurs politiques, parlementaires, jeunes et acteurs de la société civile autour du projet euro-méditerranéen.

"Les différentes réunions méditerranéennes qui ont eu lieu cette semaine à Marseille dans le cadre global de l'Union Pour la Méditerranée ont permis de mobiliser décideurs politiques, sociétés civiles et jeunesses autour de l'impérieuse nécessité de donner un coup d'accélérateur opérationnel au renforcement du partenariat euro-méditerranéen", a-t-il déclaré à la MAP, en marge de sa participation au Forum Anna Lindh clô turé dimanche.

Placé sous le signe "Citoyens pour la Méditerranée", ce forum a pris le relais du 3-ème Forum des Autorités Locales et Régionales de la Méditerranée (3-4 avril) avant de clô turer ses travaux avec le premier sommet des présidents des parlements de l'Union pour la Méditerranée (6-7 avril), dans une démarche "inédite" favorisant un échange tripartite société civile-élus locaux-parlementaires.

Pour le diplomate marocain, l'ampleur des défis, en particulier celui de l'emploi, ainsi que l'existence de potentialités "largement inexploitées" mettent en évidence la centralité de trois réalités: "la nécessité de percées significatives et concrètes dans le processus d'intégration régionale, notamment au Maghreb, la priorité de l'emploi, et la participation active des jeunes, des femmes et de la société civile".

"Trois réalités qui sont pour moi, en tant que Secrétaire Général de l'UPM, un priorité sur lesquels nous développons des actions concrètes", a-t-il affirmé.

M. Sijilmassi avait auparavant décliné sa vision de l'UpM, lors d'un débat animé sous le thème: "Quelles opportunités les jeunes, Quelles sociétés pour demain", dans le cadre du Forum de la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures, présidé par M. André Azoulay, qui a mobilisé à Marseille les dirigeants de 1.200 ONG venues de 43 pays.

A ses yeux, "la revitalisation", "la redynamisation", voire "la redéfinition" de l'UpM est surtout basée sur "une vision très lucide et pragmatique de ce qui se passe sur le terrain et de toutes les évolutions qui ont pu avoir lieu sur l'ensemble des questions euro-méditerranéennes".

Il reste convaincu que la Méditerranée "a un contenu", même si à ce sujet "on a tous essayé, des discours angéliques aux plus pessimistes", car "au-delà de tous ces discours, ce qui est certain c'est que l'immobilisme et l'inertie n'est pas la solution".

C'est la raison pour laquelle l'UpM telle qu'il promeut doit être basée sur trois principes fondamentaux, dont le premier est celui de la promotion de la coopération régionale.

"L'intégration régionale en Méditerranée est l'une des plus faibles au monde et ceci est inadmissible en 2013, sachant que si nous voulons réellement avoir un cercle vertueux pour la création de l'emploi qualitatif et pas uniquement quantitatif, il s'agit bien entendu d'avoir une corrélation forte avec cette croissance qui ne peut venir que d'une intégration régionale qui ouvre les marchés, les perspectives de développement et de création de l'emploi", a-t-il plaidé.

En second lieu, le SG de l'UpM défend une action sur la base de géométrie variable, "un concept fondamental pour tirer les enseignements de tout ce que nous avons fait dans le passé au niveau de l'action euro-méditerranéenne".

"L'UpM est composée de 43 pays membres, il faut donc faire des actions à 43", a souligné le diplomate marocain qui veut bien s'inspirer en la matière de l'exemple "le plus sophistiqué" de l'Union européenne à 27, bientô t à 28 avec l'adhésion de la Croatie au 1-er juillet.

"L'Union européenne a elle-même grandi et continue à évoluer sur la base des géométries variables qui vont vers le sens de l'inclusion progressive de l'ensemble des pays qui le souhaitent", a expliqué M. Sijilmassi, convaincu que le principe de la géométrie variable "va nous permettre d'avancer et de faire en sorte qu'il y ait une locomotive sur des initiatives particulières" pour la réalisation de "projets concrets", principe ultime de son action.

"Au lieu d'être une Méditerranée de discours, nous avons choisi d'être une Méditerranée de projets et de faire en sorte que nous puissions travailler en liaison avec toutes les institutions (BEI, FMI, société civile, universitaires, secteur privé) pour identifier des projets de coopération régionaux sur une base de géométrie variable", a-t-il conclu.


15/02/2013 - Ijab KHOURY, Présidente du CAMED interviendra au forth Beirut-Water
10/10/2012 - Méditerranée de projets
Lors de la XXème conférence des Ambassadeurs, Monsieur le Président François Hollande a déclaré que le développement d'une « Méditerranée de projets » était une priorité, avant d'annoncer la nomination d'un délégué interministériel à la Méditerranée. Le président de la République a ajouté : « le partenariat de Deauville, qui est une bonne initiative, peut permettre d'accompagner au mieux le développement des pays en transition politique » et « accorde enfin une attention toute particulière à la coopération avec les pays du Maghreb, y compris dans ce qu'on appelle le Groupe 5+5 et qui devra permettre de relancer le dialogue ».

Cette intervention renvoie aux termes de l'article 6 de la Déclaration de Paris fondant l'Union pour la Méditerranée : « les chefs d'Etat ou de gouvernement affirment leur ambition de bâtir un avenir commun fondé sur le plein respect des principes démocratiques, des droits de l'homme et des libertés fondamentales ». L'article 3 de cette même Déclaration de Paris souligne : « il est important que la société civile, les autorités locales et régionales et le secteur privé participent activement à la mise en œuvre de cette Union. »

On rappelle que Le CAMED a pour objectif l'ouverture, la diversité, la promotion, l'aide au développement durable des villes de la Méditerranée par le groupement amical en France et le maintien de liens étroits avec tous les pays de l'Union pour la Méditerranée.

Le CAMED reste attentif à l'évolution de l'Union pour la Méditerranée et des autres structures institutionnelles euro-méditerranéennes.


28/09/2012 - La Mairie du seizième arrondissement de Paris organise une semaine libanaise du 27 au 30 septembre 2012
La Mairie du seizième arrondissement de Paris organise une semaine libanaise du 27 au 30 septembre 2012.

la semaine libanaise a été inaugurée le 27 septembre 2012 .Cette semaine est organisée conjointement, par la Mairie du seizième arrondissement , l’Ambassade du Liban en France, l'office du tourisme libanais à Paris et le CAMED (le cercle amical pour la Méditerranée) .

En organisant cette semaine j’ai pour objectif de mieux faire connaître le Liban en tant que pays, sa culture, son art de vivre, ses traditions, mais aussi son importance dans le domaine politique, économique et financier.

Le CAMED propose ce Samedi 29 Septembre à 14H30 une table ronde sur le Liban : Histoire,Culture et Patrimoine.

Le programme de cette table :
  • 14h30 : Accueil et enregistrement des invités
  • 15h00 : Allocution d’ouverture par M. Claude GOASGUEN, ancien Ministre, Député-maire du 16ème arrondissement à Paris, Conseiller de Paris
  • 15h10 : Allocution du Pr. Bernard DEBRE, Ancien Ministre, Député et Conseiller de Paris, Président d’honneur du CAMED
  • 15h20 : Allocution de bienvenue par Ijab KHOURY, Présidente – fondatrice du CAMED
  • 15h30 : Table ronde : le Liban, Histoire, Culture et Patrimoine (Modératrice: Mme Ijab KHOURY)
    • M. Nabil BEYHUM, sociologue de la ville : L’urbanisation du littoral et la protection du patrimoine au Liban, projection d’un film
    • M. Alexandre NAJJAR, écrivain : Les relations historiques entre le Liban et la France ; De Gaulle et le Liban
    • M. Bahjat RIZK, écrivain, l’identité libanaise et le pluralisme culturel
    • Mme Carole DAGHER, écrivain : le Liban et le livre (l’alphabet, la terre du livre)
    • M. Antoine SFEIR, politologue : le Liban poumons d’orient
  • 17h00 : Débat avec la salle
  • 17h10 : Discours de Clôture par M. Alain MARSAUD, Député de la 10ème Circonscription des Français de l'étranger (Débats animés par Frédéric DELPECH, journaliste à LCI)

C'est donc une action de communication autour du Liban de 2012, qui sera menée au cœur d’un arrondissement où vivent tant de décideurs politiques et économiques français et étrangers, avec un triple objectif :
  • Permettre au monde économique libanais de mieux se faire connaître dans un pays qui est lié au Liban par une amitié multiséculaire et montrer que l'avenir économique de la France et de l’Europe doit davantage prendre en compte la réalité du monde financier et économique du Moyen Orient en général et du Liban en particulier
  • Promouvoir, à l’heure de la mondialisation et du tourisme de masse, un tourisme de qualité à destination du Liban en faisant mieux connaître les beautés de ce pays, ses paysages, ses monuments, sa cuisine, son mode de vie, son peuple si attachant
  • Enfin, compte tenu des spécificités de la population du seizième arrondissement parisien, c’est aussi mieux faire connaître, la culture libanaise, sa spécificité, ses trésors vis-à-vis d’un public éclairé mais qui ne demande qu’à mieux connaître nos richesses culturelles



31/08/2012 - La semaine libanaise aura lieu à la Mairie du 16ème à Paris
La semaine libanaise aura lieu à la Mairie du 16ème à Paris du 27 au 30 Septembre. Dans ce cadre le CAMED organise une table ronde sur : "le Liban, histoire cultures et patrimoine". Cijoint le programme de la semaine libanaise et le programme de la Table ronde.


03/07/2012 - L'Union pour la Méditerranée soutient un projet de développement des compétences des femmes
Un projet qui entend aider les femmes du sud de la Méditerranée à développer les compétences requises sur le marché du travail a été « labellisé » par l'Union pour la Méditerranée (UpM). Intitulé Skills for Success - Employability Skills for Women (Les compétences au service de la réussite : compétences favorisant l'emploi des femmes), ce projet a été labellisé par les hauts fonctionnaires de l'UpM la semaine dernière.

Il s'agit d'un programme de formation aux compétences favorisant l'emploi, destiné aux jeunes femmes sans emploi et défavorisées qui ont terminé leurs études secondaires. Il vise à aider les participantes à acquérir les connaissances, les compétences et les outils nécessaires pour intégrer le marché de l'emploi, mais aussi à renforcer le rôle des femmes en tant que membres actifs de la société.

La phase pilote du projet sera mise en œuvre dans les capitales du Maroc, de la Tunisie, de l'Égypte, du Liban et de la Jordanie.

Ce programme contribuera au développement des capacités de communication des femmes au niveau mondial, grâce à des cours d'anglais et au renforcement de leurs compétences professionnelles. La formation comprendra notamment le développement de leurs compétences en informatique et en affaires ainsi que des cours sur les outils de recherche d'emploi et des conseils.

En relevant le défi de l'émancipation économique des femmes dans la région, le projet contribue à réduire l'écart entre les taux de chômage élevés et les femmes qui ont fait des études secondaires dans les pays du sud de la Méditerranée. De manière générale, il vise également à renforcer les compétences de la main d'œuvre nécessaires au soutien des économies nationales et régionales.

Le programme Skills for Success - Employability Skills for Women est soutenu par AMIDEAST, un organisme privé à but non lucratif créé en 1951 et présent dans les cinq pays ciblés par le projet.

Une fois qu'un projet reçoit le « label » de l'UpM, le Secrétariat de l'UpM s'emploie à faciliter sa promotion, notamment en termes de besoins financiers, en collaboration et en accord avec les promoteurs du projet. Le Secrétariat doit alors contacter les institutions et les banques de financement et discuter avec celles-ci, ainsi qu'aider le projet à franchir les obstacles et les difficultés.

Dès que les arrangements financiers ont été conclus et que le projet a été lancé, le Secrétariat contrôle sa mise en œuvre, en s'assurant que les critères requis pour obtenir et garder le « label » de l'UpM soient respectés.


01/02/2012 - Parlements et Francophonie
Sortie du N°28 comprenant un entretien exclusif avec Aminata Sow Fall

Le 28ème numéro de la revue de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, en date du mois de février 2012, donne la parole à un grand écrivain sénégalais : Aminata Sow Fall. Auteur de nombreux romans, tels La grève des bàttu, Le jujubier du patriarche ou encore L’Appel des Arènes, Aminata Sow Fall nous livre ses impressions sur son rapport à la langue et à l’écriture mais également sur la société sénégalaise.
Ce numéro de Parlements et Francophonie comprend également de nombreux articles sur les actions de l’APF et notamment sur ses séminaires. Il offre aussi un éclairage particulier sur la mission de contact et d’information du Réseau des femmes parlementaires de la Francophonie en Tunisie.
Tous les numéros de la revue sont disponibles sur le site Internet de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie http://apf.francophonie.org/spip.php?rubrique146 ou en version papier sur demande.


01/02/2012 - CIHEAM - Press Review - January 2012
30/01/2012 - Le Liban à l'honneur au Festival du Film francophone: du 31 Janvier au 7 Février 2012
20/01/2012 - Jurimed - Newsletter - Janvier 2012

Le printemps arabe aconduit à une intensification de l'activité juridique en Méditerranée.

Pendant les derniersmois, l'Association Jurimed a relevé de nombreux développements concernant ledroit constitutionnel, la transparence et les droits des femmes, ils sontlistés plus loin (I). Durant l'automne 2011, Jurimed été particulièrementactive (II).


I. Voici quelques uns des faits les plus saillants de l'actualitéjuridique en Méditerranée lors des derniers mois :
25 novembre
Adoption des lois organiques sur le régime électoral, l'incompatibilitéparlementaire et la représentation des femmes à l'Assemblée par l'APN enAlgérie. Le président Bouteflika promulguera ces textes le 13 janvier suivant.Semaine des Leaders économiques de la Méditerranée : il s'agira de chercher à "améliorerles compétences de la main d'œuvre méditerranéenne afin d'améliorer lacompétitivité et les capacités d'insertion professionnelle".
28 novembre
Victoire des islamistes modérés du PJD de M. Benkirane aux électionslégislatives marocaines, avec 107 sièges sur 395 et un scrutin marqué par untaux de participation de 46%.
Mise en place d'un comité de réflexion autour du vide juridique qui entoure laprotection contre aux violences faite aux femmes en Algérie.
30 novembre
Présentation de l'Etude du Conseil social et économique européen sur ledéveloppement de l'agriculture comme clé de croissance des pays du sud de laMéditerranée.
2 décembre
La Syrie suspend son adhésion à l'Union pour la Méditerranée.
5 décembre
Conclusions de la 2ème édition de l'ACM (Assemblée des Citoyens et Citoyennesde Méditerranée). L'objectif sera "d'agir pour une gouvernance concertée,partagée et adaptée à l'espace méditerranéen".
3ème forum Euro-Maghreb à La Valette (Malte), où est discutée la volonté de"nouveaux mode de coopération avec les pays du sud" dans une périodede double transition politique et économique.
En Egypte, première phase des élections législatives partielles en faveur desFrères musulmans (37 %) et des salafistes d'Al-Nour (25 %). La dernière phase,le 11 janvier, consacre ces deux partis à hauteur de 70 % des sièges: le PLJdes Frères Musulmans obtient 36% des voix.
6 décembre
Le projet d'usine de désalinisation de la Mer Morte, porté par l'UpM, avance:une entente a été signée avec l'Autorité palestinienne concernant les terrainsdestinés à cet effet.
7 décembre
Adoption et amendement de la loi organique sur les partis politiques enAlgérie. Partenariat entre le Plan bleu de l'UpM et le Centre régional pour lesénergies renouvelables et efficientes (RCREEE), afin de mesurer la part de laconsommation d'énergie sur le PIB d'un pays.
8 décembre
Un projet de réforme constitutionnelle est prévu pour décembre 2012 en Algérie.
Début de l'adoption des différents articles du projet de lois constitutives enTunisie.
9 décembre
Colloque de l'IPEMED sur « la Méditerranée en 2030 : quelles propositions pourune meilleure convergence ? »
Les élites y sont invitées à investir davantage et à soutenir la volontéd'amélioration de la puissance économique des PSEM.
12 décembre
Au Maroc, une obligation juridique de soumission à étude énergétique estpromulguée avant tout projet urbanistique (loi 47-09).
Mise en place d'une "mini-Constitution" provisoire, contenant 26articles jusqu'à l'adoption d'une Constitution définitive par l'Assembléeconstituante.
Conférence finale du projet Join-Med sur les TICs financée par l'UE. cetteconférence a pour objectif de renforcer la participation des paysméditerranéens partenaires dans les programmes européens de recherche enélaborant une politique harmonisée des TICs.

13 décembre
Adoption de la loi organique sur les associations en Algérie.
15 décembre
5ème forum Euromed: "affronter les transitions économiques enMéditerranée" (Institut européen de la Méditerranée). L'objectif est decréer un tissu institutionnel, entouré de think-tanks qui seraientrégulièrement sollicités par les pays méditerranéens afin de bénéficier deconseils dans l'exercice des politiques économiques.
La BERD (banque européenne pour la reconstruction et le développement) investit59 millions d'euros dans le cadre de l'élargissement de son champ d'action ausud de la Méditerranée.
16 décembre
Les avoirs libyens bloqués en France sont dégelés par le ministère des Affairesétrangères. Ils sont estimés à 230 millions d'euros.
Conférence annuelle du FEMISE à Marseille. Plusieurs études concernant ledéveloppement durable, la croissance verte, la finance, l'emploi, l'impact desmigrations, la libéralisation des échanges ou le désengagement progressif desétats, y sont discutés.
19 décembre
Ouverture par le conseil des affaires étrangères de l'UE de négociationscommerciales avec des pays du sud de la Méditerranée dans le cadre del'élaboration d'une future zone de libre-échange.
19 et 20 décembre
Premier Forum méditerranéen de l'eau (Plan bleu) à Marrakech. Cette réunionpréparatoire au 6ème Forum mondial de l'eau avait pour objectif de lancer uneplateforme fédérative des acteurs de l'eau en Méditerranée, en collaborationavec l'AFD (Agence Française de Développement) et le SEMIDE.
20 décembre
Amendements portés au code des marchés publics en Algérie: interrogation sur leprincipe des 51/49% de répartition au capital, principe difficilementapplicable d'un point de vue juridique.
21 décembre
12ème assemblée générale du projet MEDREG à Athènes. L'association desrégulateurs méditerranéens dans le domaine de l'électricité et du gaz a prévule lancement d'une task force sur les investissements d'infrastructures dans lecadre d'une analyse réglementaire régulière. Un groupe de travail dédié auxénergies renouvelables s'intéresse, sur place, à la possibilité de développerles échanges d'électricité entre les deux rives de la Méditerranée, parl'article 9 de la directive 2009/28/UE.
22 décembre
L'Assemblée nationale française adopte une loi pénalisant la négation dugénocide arménien. La Turquie, en conséquence, a suspendu toute coopérationpolitique et militaire et toute visite bilatérale avec la France, faisantcraindre un sérieux refroidissement des relations entre les deux pays.
30 décembre
En Algérie, ratification des statuts de l'Agence internationale pour lesénergies renouvelables (IRENA), 26 janvier 2009 par le président Bouteflika: lagestion des ressources environnementales trouve un nouveau cadre juridique.
Création et organisation du Conseil national des droits de l'homme au Maroc.
2012
3 janvier
La Tunisie et la Jordanie rejoignent l'Egypte et le Maroc en tant que membreactionnaires et pays bénéficiaire de la BERD.
Adoption en Algérie du nouveau code de la wilaya. De plus, le gouvernementprojette d'adapter la norme législative à un siège pour 80 000 habitants, soitune augmentation entre 50 et 60 députés.
5 janvier
Projet de loi électorale proposée par le CNT en Libye. Certains vides juridiqueset dispositions interpellent, comme la mise à l'écart des binationaux, leslibyens enrichis sous l'ancien régime ou le quota législatif de 10% des siègesde l'Assemblée constituante concédée aux femmes.
6 janvier
En Libye, alors que les partis politiques sont à nouveaux autorisés depuis 40ans, tandis que la nomination du nouveau chef d'Etat-major de l'armée crée lapolémique entre le CNT et les rebelles.
9 janvier
Le traité d'amitié Italo-libyen sera réévalué par le CNT, ainsi que les accordsd'investissement entre l'Etat et les opérateurs étrangers.
Monsieur Youssef Amrani quitte son poste de secrétaire général de l'UpM etintègre le cabinet du nouveau premier ministre marocain Mr Benkirane.
Ouverture du projet "Horizon 2020" sur la durabilité de l'empreinteécologique des évènements organisés dans le cadre Euromed.
Nouvelle stratégie de la fondation ANNA LINDH pour la période 2012-2014 autourdu pouvoir citoyen, du partenariat avec la société civile et de l'inventairedes "bonnes pratiques".
Colloque à Bruxelles sur la jeunesse Euromed et les programmes universitairesErasmus et Leonardo da Vinci afin d'améliorer la mobilité des jeunes étudiantsentre l'UE et la Méditerranée.
10 janvier
Tenue d'un référendum constitutionnel en mars et d'élections législatives enjuin en Syrie.
12 janvier
Publication par la Commission européenne du rapport sur la réunion desCoordinateurs nationaux de la charte euro-méditerranéenne pour l'entreprise etdu Groupe de travail sur la coopération industrielle euro-méditerranéenne.
14 janvier
1er anniversaire de la « révolution du jasmin » en Tunisie, qui marque ledépart du pouvoir de l'ancien président Ben Ali et est déclaré jour férié. Leprésident algérien Bouteflika, ainsi que le président du CNT libyen M. Abdeljalil,le président mauritanien Ould Abdelaziz, le président de la chambre des députésmarocains M. Ghalleb et l'émir du Qatar Sheikh Hamad bin Khalifa, sont invitésaux célébrations et reconnaissent de concert la dynamique révolutionnairepositive qu'a initiée la Tunisie dans la région. Le président tunisien Marzoukiy exprime par ailleurs la volonté, soutenue par l'Algérie et la Libye, derelancer le consensus autour de la réactivation de l'Union du Maghreb Arabe,structure de partenariat économique régional créé en 1989 et en souffrance faceaux multiples rivalités entre Etats.

II. Jurimed a conduit une recherche importante sur les problématiquesdes investissements étrangers en Libye et du droit qui leur est applicable.Jurimed œuvre avec ses intervenants italiens sur ce projet.

Jurimed a participé à l'événement organisé le 16 novembre 2011 par l'IPEMED et l'Académie International de Diplomatie. A cette occasion, Jurimed a annoncé son projet de lancer un réseau des constitutionnalistes en Méditerranée. M. Masset, Directeur de la Direction générale de la Mondialisation au Ministère des affaires étrangères, a indiqué qu'il communiquerait ce projet aux responsables du partenariat de Deauville.

En cette matière, Jurimed rappelle la récente réforme constitutionnelle au Maroc ayant introduit une question prioritaire de constitutionalité.

Jurimed a récemment co-organisé au Sénat français le premier événement de réflexion sur la place des femmes en Méditerranée après le résultat des élections tunisiennes (18 novembre 2011). Son président a présenté le rapport introductif et communiqué un message de Mme Gendreau Massaloux, responsable du Pôle enseignement supérieur, recherche, formation et santé, au sein de la Mission interministérielle de l'Union pour la Méditerranée. Wassila Ltaief, secrétaire général adjoint de Jurimed a présidé la table ronde sur le droit de la famille et du patrimoine.

Jurimed a également organisé avec l'Ordre des Avocats d'Alger, l'Ordre des Avocats de Paris et le Comité Français d'Arbitrage le colloque mis en place par la Chambre Algérienne de Commerce et d'Industrie et l'Association des Avocats pour un Barreau Pluriel, les 10 et 11 octobre dernier à Alger.

Jurimed a assisté, en la personne de son délégué général, à la réunion de l'IPEMED du 4 novembre 2011 sur les financements innovants en Méditerranée.

Jurimed est attentive aux nouveaux développements du droit pénal international, nés des événements en Méditerranée. Elle examine ce sujet notamment après l'ouverture par le procureur de la Cour pénale Internationale d'une procédure concernant la Lybie.

Jurimed a consolidé ses rapports avec de grands experts comme Rainer Geiger (avocat et ex-directeur adjointe de l'OCDE) et Fréderic Jenny (Conseiller à la Cout de cassation) relativement à deux des projets essentiels de l'association : réseau méditerranéen des autorités de concurrence et commerce électronique en Méditerranée.




10/01/2012 - Ijab KHOURY Présidente du CAMED participe au colloque sur les programmes Erasmus et Léonardo Di Vinci au Parlement européen
17/10/2011 - Notre Chère Méditerranée va aussi bien que possible
Notre Chère Méditerranée va aussi bien que possible, compte tenu des priorités que l'Europe donne d'abord a ses problèmes et de l'élan démocratique dont on pourra avoir une lecture plus précise fin novembre après les élections tunisiennes, marocaines et égyptiennes. Dans ce contexte, le Partenariat de Deauville, porté par le G8 avec le soutien du Golfe, de la Turquie et des 10 plus puissantes institutions financières internationales (dont la BEI pour 7,5 Mrds), est une incontestable réussite que l'on doit au volontarisme du président et de la France. Mais ce processus est fragile, car très dépendant de la présidence G8 (qui passe a Mr Obama le 1er janvier). Et, de fait, c'est en Europe que réside la plus grande partie des solutions économiques au relèvement des pays en transition. Dès lors, il faut que l'Europe se réveille et mette les vrais moyens politiques, civils et financiers qu’appelle la revitalisation de l’euro-méditerranée, que ce soit sous le nom d'UpM, de Barcelone ou d'un autre!

Ijab KHOURY
Présidente du CAMED


06/04/2011 - "La Gouvernance Maritime et Terrestre et l’Ecologie en Méditerrané"
Le Cercle Amical pour la Méditerranée vous invite au colloque annuel sur "la Gouvernance Maritime et Terrestre et l’Ecologie en Méditerrané"



18/12/2010 - ALERTE PLASTIQUE en MEDITERRANEE
On estime qu’environ 250 MILLIARDS de microfragments de plastiques contaminent la Méditerranée en surface, (cf. résultats Expédition M.E.D 2010 / Ifremer / Université de Liège). Télécharger
25/11/2010 - Dernière chance pour l'Union pour la Méditerranée ?
Dernière chance pour l'Union pour la Méditerranée?

Propositions pour un rebond

Par Jean-Baptiste BUFFET, chercheur associé à l’Institut Thomas More, Claude FISCHER, présidente de Confrontations Europe et Yohann TAÏEB, chargé d’études « élargissement et voisinage » à Confrontations Europe

En partenariat avec Confrontations Europe


Madame, Monsieur,

Réunis le 12 mai 2010 au Conseil économique et social européen à Bruxelles, l’Institut Thomas More et Confrontations Europe ont organisé un séminaire réunissant des intervenants de haut niveau avec plus de 150 participants afin de discuter de la relance de l’Union pour la Méditerranée (UpM) à l’occasion sommet de Barcelone, qui devait avoir lieu le 7 juin 2010.

Après avoir été reporté au mois de novembre, notamment à cause du conflit israélo-palestinien, le IIème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement vient d’être une nouvelle fois ajourné. Dans une période de crise économique mondiale où les coopérations régionales se font de plus en plus urgentes, notamment pour éviter la marginalisation de la région méditerranéenne, il s’agit une fois de plus d'un signal très négatif à tous ceux qui voyaient en ce rendez-vous l’occasion de redynamiser le processus de Barcelone et de donner un second souffle à l’UpM.

Vous trouverez le Position Paper en cliquant ici

Cordialement,
Institut Thomas More ASBL © Novembre 2010



13/10/2010 - Du nouveau pour l'UPM
Radhi Meddeb, Président de l'IPEMED : « Il nous faut un Plan Marshall pour la Tunisie ! » plus…

Miguel Angel Moratinos : « À ce jour, le bilan de l'UPM est celui de notre échec collectif ! » plus…

Selon Elisabeth Guigou, la relance de l’UPM passe aussi par l'implication des « acteurs organisés de la société » plus…

Renaud Muselier plaide pour un soutien de la France, de l'UE et de l'UPM aux « efforts de démocratisation » en Tunisie plus…

Philippe de Fontaine Vive, VP de la BEI : « UE et UPM doivent apporter un soutien renforcé à la Tunisie » plus…

Amel Boubekeur : Quel rôle pour les entrepreneurs dans les dynamiques de démocratisation au Maghreb ? plus…

La BEI « se tient à la disposition de la Tunisie, au service de ses priorités économiques et sociales » plus…

La Région Provence-Alpes-Côte d'Azur « prête à apporter son aide en Tunisie »… dans les 78 h ! plus…

Contre-Amiral J.-F. Coustillière « L'Europe et la France doivent se mobiliser pour soutenir le choix du peuple tunisien » plus…

Jean-Louis Guigou, Délégué général IPEMED : Du séisme de la révolution tunisienne à un traité UPM rénové plus…

Ph. De Fontaine Vive : «La culture et le patrimoine urbain méditerranéens sont une priorité moderne» (plus…)

«La cuisine méditerranéenne aussi mériterait d’être classée au Patrimoine immatériel de l’Unesco !» (plus…)

Une ambitieuse étude du FEMISE pour la FEMIP : «Quelle sortie de crise pour les pays Med ?» (plus…)

Mustapha Bakkoury expose les avancées du projet de centrale solaire de Ouarzazate (Maroc) (plus…)

La «sagesse méditerranéenne», une muse inspiratrice face au défi écologique ? (plus…)

Le patrimoine des civilisations méditerranéennes, source et ressource pour imaginer l'avenir ? (plus…)





15/09/2010 - Activités du CAMED avant les grandes vacances
  • Télécharger Compte rendu des Activités du CAMED avant les grandes vacances
  • Télécharger Discours au colloque : la Méditerranée entre territorialisation et Mondialisation, Tunis. Février 2010
  • Télécharger Article « Selon la formule bien connue. Les pays ont en définitif la politique de leur géographie » Bulletin d’information du Député Bernard DEBRE. Paris 16/17 Juin 2010
  • Télécharger Discours sur la convivialité lors de la journée de l’association : Les passeurs d’espérance. Etampes. Juin 2010
  • Télécharger Synthèse des Actes du Colloque du CAMED : « Les Défis Méditerranéens » par Ijab KHODR-KHOURY, Présidente du CAMED. Juillet 2010




05/09/2010 - Rendez-vous de la Méditerranée


Marseille - Les VIes Rendez-vous Économiques de la Méditerranée se tiendront cette année le samedi 4 décembre 2010 au Palais du Pharo à Marseille. Cette manifestation organisée conjointement par le Cercle des Économistes et l’Institut de la Méditerranée-Femise, en coopération avec la mission interministérielle Union pour la Méditerranée, a reçu le soutien des collectivités et l’appui de la Banque Mondiale-CMI et de la BEI, qui présideront une session.

Photo ci-dessus : le palais du Pharo, à Marseille, où se déroulent chaque année les Rendez-vous Économiques de la Méditerranée. © leJmed.fr - octobre 2009


Le sujet qui a été choisi porte sur les nouveaux enjeux de sortie de crise pour les pays du Sud de la Méditerranée et l’ensemble du Partenariat. Nous observons dans tous les pays un retour des politiques volontaristes destinées à mieux les placer dans les nouvelles activités et l’économie de la connaissance.
Par ailleurs, il paraît clair que, dans un contexte de déficits publics croissants, de nouveaux équilibres sociaux doivent être préparés, y compris au niveau de la région tout entière. C’est pour cet ensemble de raisons que les « RV Med » ont retenu cette année comme thème :


« Activités, Croissance, Modèle Social : une nouvelle donne »

Tous les pays sont confrontés à ces questions, mais les pays méditerranéens particulièrement. La façon dont la sortie de crise sera conduite au niveau de la grande région euro méditerranéenne présente un enjeu décisif qui aura des conséquences de très long terme en Méditerranée du Sud et dans l’ensemble de l’UE.
Bien que les conditions politiques paraissent difficiles à réunir, la nécessité d’une plus grande intégration économique et sociale est évidente. C’est de ces questions que les RV Med vont discuter, afin d’identifier les contours de la nouvelle donne qui va s’imposer d’une façon ou d’une autre.





01/09/2010 - Sarkozy et Moubarak veulent que le IIe Sommet UPM œuvre aussi pour « obtenir la paix au Proche-Orient »
Tous pays UPM | 31 août 2010 | src.leJMED.fr



Paris - Le président français Nicolas Sarkozy recevait son homologue égyptien Hosni Moubarak, lundi 30 août à l’Élysée. À l’issue de leur entretien, les deux chefs d’État ont annoncé la tenue d’un sommet de l’Union pour la Méditerranée, le 20 novembre à Barcelone, où se trouve le siège de l’UPM, pour faire avancer les perspectives de paix au Proche-Orient. Une annonce d’importance pour l’UPM, dont la posture officielle réfutait jusqu’ici son implication dans le champ politique.

Photo ci-dessus : Nicolas Sarkozy et Hosni Moubarak lors de leur conférence de presse commune, au palais de l’Élysée, le 30 août 2010. © Elysée.fr


Nicolas Sarkozy et Hosni Moubarak, dont les deux pays co-président l’Union de la Méditerranée (UPM) depuis sa fondation en juillet 2008, souhaitent pouvoir ainsi réunir rapidement tous les acteurs du conflit israélo-palestinien, y compris des représentants de l’État hébreu.
« Depuis le temps qu’on parle de ce conflit, tout le monde connaît les paramètres de la paix », a déclaré le président français à l’issue de son entretien avec Hosni Moubarak, appelant de ses vœux des négociations « rapides ». « La longueur des pourparlers et l’absence de compromis font le lit de tous les extrémismes, partout dans le monde et notamment dans cette région du monde », a-t-il ajouté.
« Le début de ces négociations ne représente pas la fin du chemin », a tenu à tempérer Hosni Moubarak, qui demande aux deux parties d’être « au niveau des espoirs des deux peuples palestinien et israélien et de l’ensemble des peuples de la région pour une paix juste que [nous] attendons depuis si longtemps ».
Après ce rapide séjour parisien, Hosni Moubarak est attendu mercredi à la Maison Blanche pour prendre part à un dîner avec Barack Obama et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le roi Abdallah de Jordanie.
Le repas est censé servir de préambule à la reprise effective des négociations directes entre Palestiniens et Israéliens, annoncée pour le 2 septembre… Mais, malgré les bonnes intentions affichées de part et d’autre, la perspective d’un accord semble cependant toujours aussi incertaine.


L’UPM vers la fin du déni du politique ?

S’étant présentée depuis sa fondation comme une « Union de projets », essentiellement économiques, l’Union pour la Méditerranée ne prétendait pas, naguère encore, jouer un rôle « visible » dans la solution des divers conflits qui agitent le Bassin méditerranéen.

En fait, il apparaît que les « officiels », bien conscients de la fragilité du processus de partenariat multilatéral que l’UPM entend favoriser, se sont jusqu’ici bien gardés de se lisser entrainer sur le champ politique, se contentant de la non-rupture du processus. Ainsi Henri Guaino, inspirateur de l’UPM, déclarait-il en avril dernier lors du Forum de Paris que « le fait que l’UPM a survécu au conflit de Gaza est presque un miracle ».
Depuis, et malgré le report à novembre du second Sommet UPM initialement programmé en juin, l’UPM semble malgré tout avancer. Ainsi, le Secrétariat général est-il effectivement installé à Barcelone, au Palau Pedralbès qui dispose désormais… d’un standard téléphonique, et le Secrétaire général Ahmad Massadeh est bien en poste – il y reçoit notamment, cette semaine, le mistr français Eric Besson qui va lui présenter le projet Erasmus-Med –, alors que les rumeurs de l’été le donnaient démissionnaire, quelques mois seulement après sa nomination, car excédé par les lenteurs des États membres à s’accorder sur le financement du fonctionnement du Secrétariat général de l’institution.
Ainsi, maintenant que l’UPM semble avoir stabilisé cette première étape de son installation, et qu’il est donné pour acquis qu’après plusieurs mois de négociations l’on ait enfin trouvé un pays du sud – la Tunisie – acceptant de partager la prochaine co-présidence avec l’Espagne, à partir de novembre, les dirigeants de l’UPM, officiels et officieux, ont-ils peut-être considéré que le temps est venu de desserrer la doxa du tout-économique et du zéro politique en UPM. Il était temps, car la réalité tournait chaque jour en ridicule les tenants de cette posture du déni intégral. Et conceptuellement, on comprenait mal comment cette communauté naissante, née d’une vision et d’un volontarisme politiques, pouvait s’abstraire, justement, du politique, un paradigme si pregnant dans la culture, l’Histoire et la réalité actuelle du monde méditerranéen.
© Alfred Mignot pour le JMED.fr





04/08/2010 - Le portrait du nouveau secrétaire général du Conseil Culturel de l'Union pour la Méditerranée: Philippe CASTRO.
17/07/2010 - Activités du CAMED avant les grandes vacances
  • Télécharger Compte rendu des Activités du CAMED avant les grandes vacances
  • Télécharger Discours au colloque : la Méditerranée entre territorialisation et Mondialisation, Tunis. Février 2010
  • Télécharger Article « Selon la formule bien connue. Les pays ont en définitif la politique de leur géographie » Bulletin d’information du Député Bernard DEBRE. Paris 16/17 Juin 2010
  • Télécharger Discours sur la convivialité lors de la journée de l’association : Les passeurs d’espérance. Etampes. Juin 2010
  • Télécharger Synthèse des Actes du Colloque du CAMED : « Les Défis Méditerranéens » par Ijab KHODR-KHOURY, Présidente du CAMED. Juillet 2010



11/04/2010 - Caroline Cornu, Adjointe d’Henri Guaino: «L’UPM ? Elle vit ! Elle avance !»
07/04/2010 - L’Europe, les États-Unis et la Méditerranée
22/02/2010 - La Méditerranée entre Territorialisation et Coopération
Ijab Khoury, Présidente du Camed a été invité par la Faculté des Sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis à son premier colloque sur la Méditerranée : "la Méditerranée entre Territorialisation et Coopération",elle a participé à l'ouverture du colloque au côté de M. Rhida Ghrira, Ministre de la Défense et M. Fadhel Moussa, Doyen de la Faculté. Ce colloque s'est déroulé sur 3 jours, les 18-19-et 20 Février et a réuni d'éminents spécialistes en droit marin méditerranéen.

Télécharger le Discours de Madame Ijab KHOURY

la Méditerranée entre Territorialisation et Coopération




02/02/2010 - Un colloque sur les Défis méditerranéens à travers l’Union pour la Méditerranée
Télécharger "Compte rendu des tables rondes"

Télécharger "Discours Ministres lors du colloque du CAMED: Les Défis Méditerranéens"

CAMED dans la presse:



10/01/2010 - Un colloque sur les Défis méditerranéens à travers l’Union pour la Méditerranée
Le 2 Février prochain, l’association le Cercle amical pour la Méditerranée (le CAMED), réunit à l’Assemblée nationale des représentants des milieux culturels, scientifiques, éducatifs, politiques, associatifs, du monde de l’entreprise et des médias pour une journée d'étude et d'échanges sur les Défis méditerranéens à travers l’Union pour la Méditerranée.

Le CAMED est une association loi 1901 dont l'objet est l'ouverture, la diversité, la promotion, l'aide au développement durable des villes de la Méditerranée par le groupement amical en France et le maintien de liens étroits avec tous les pays de l'Union pour la Méditerranée.

Ce colloque, placé sous le haut patronage du Président de l’Assemblée nationale, M. Bernard ACCOYER et la présidence d’honneur du Professeur Bernard DEBRE, Ancien Ministre de la Coopération et Député de Paris, a pour ambition d’ouvrir le débat sur les enjeux socioculturels, politiques et économiques qui y sont liés.

La technique propre au CAMED pour traiter des « Défis Méditerranéens » consiste à approcher l'idée d'une Union pour la Méditerranée par la communication des sociétés civiles des villes méditerranéennes, de leur permettre de s'unir autour d'un thème pour apprendre à se connaître et dialoguer.

Cette journée d’échanges et de débats s’articulera autour de six tables rondes qui sont autant de défis que l'Union pour la Méditerranée devra relever dans un avenir proche, qu'il s'agisse du règlement du conflit israélo-palestinien, du développement durable et des énergies en Méditerranée, des politiques de coopération en matière d'éducation, de la laïcité, des finances et du droit.

Chacune des tables verra la participation de nombreuses personnalités du monde de la politique, de l’éducation, de la recherche, de la culture, des institutions, de l’entreprise et des médias.

Contact Presse : Association le CAMED au 06.33.91.25.43. ou au 01.40.63.02.68. ou par courrier électronique à l’adresse suivante : lecamed@hotmail.fr. Programme en ligne sur : www.le-camed.com

Ce colloque est organisé par Mme Ijab KHOURY Présidente-fondatrice du CAMED avec la collaboration de son Président d’honneur le Professeur Bernard Debré, Ancien Ministre, Député de Paris, et le concours de l’Assemblée nationale, des Secrétariats d’Etat à la politique de la Ville et à la Coopération et à la Francophonie et du groupe Total.





09/07/2009 - Optimisme Raisonné Et Appel A Projets
Dr Ijab Khoury, Présidente du Cercle Amical pour la Méditerranée (CAMED) : Optimisme Raisonné Et Appel A Projets

Henri Guaino, Conseiller spécial du président de la République, a initié ce colloque par une introduction fort convaincante sur le devenir du projet, qui repart de l’avant après un gel de plusieurs mois lié à l’agression Israélienne sur Gaza.

La dynamique, nous assure Henri Guaino, est bien relancée, et de nombreuses initiatives sont en cours avec une coprésidence franco-égyptienne qui fonctionne fort bien. D’ailleurs, « s’il a été impossible de réunir les ministres et les diplomates pendant la crise de Gaza, aucun des pays membres n’a demandé à sortir de l’Union, et tout le monde a continué à travailler sur les projets », a souligné le Conseiller spécial. De nombreux projets sont ainsi actuellement en phase d’étude, avec une première enveloppe globale de l’ordre du milliard d’euros.


La relance est engagée

Quelque 200 projets en matière de développement durable, notamment d’énergie solaire, ont ainsi été étudiés en juin à Paris par les ministres chargés de l’environnement, dont ceux d’Israël et de Palestine. Les bailleurs de fonds se sont alors engagés sur près de 23 milliards d’euros de crédits. C’était la première réunion ministérielle de l’UPM depuis la crise de Gaza. Elle a été suivie d’une réunion de ses ministres des Finances le 7 juillet à Bruxelles.

Les intervenants suivants – Anthony O’Sullivan, Directeur de la division du développement du secteur privé à l’OCDE, Henry Marty-Gauquié, Directeur de liaison avec les organisations internationales représentant de la BEI à Paris – confirmaient les propos raisonnablement optimistes d’Henri Guaino, ainsi que l’importance des investissements projetés. Mais ils ont également souligné l’immense défi qui nous est posé : 58 millions de nouveaux emplois sont nécessaires dans l’UPM pour ramener le taux de chômage à 8 % d’ici à 2025 !

Le défi financier aussi est considérable : les projets d’envergure, par exemple le Plan Solaire Pour la Méditerranée, nécessiteront des investissements de l’ordre de 80 milliards d’euros.

D’autre part, Nassif Hitti, Ambassadeur de la Ligue arabe à Paris, a rappelé qu’il n’y aura pas de progrès réel tant que les problèmes politiques majeurs de la région n’auront pas été définitivement réglés.

Enfin, et ce fut l’une des bonnes nouvelles de cette rencontre, Mme Cécile Longé, Secrétaire générale du tout nouveau Conseil culturel de l’UPM, a confirmé l’importance qui sera désormais donnée à la culture dans le projet de l’Union : l’édition, la traduction, la formation sont d’ores et déjà au cœur de projets à l’étude.

En conclusion, le Pr Bernard Debré et Mme la présidente Ijab Khoury ont lancé un appel à tous les projets et idées pouvant servir au rapprochement des deux rives !


Alfi Malek





09/07/2009 - Déclaration de M. Henri Guaino, Conseiller du Président de la République
Déclaration de M. Henri Guaino, Conseiller du Président de la République
Méditerranée
L'Union recherche un secrétaire général
La désignation devrait avoir lieu fin 2009
Publié le : 10.07.2009 | 16h43 dans : lematin.ma


Le conseiller spécial du président français Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a espéré jeudi que le secrétaire général de l'Union pour la Méditerrannée (UPM) soit désigné à la fin de l'année.


"On espère avant la fin de l'année avoir désigné le secrétaire général et les secrétaires généraux adjoints", a-t-il déclaré lors d'une conférence organisée par Me Ijab Khoury Présidente du CAMED et le Pr Bernard Debré,ancien Ministre,Député de Paris à l'Assemblée nationale française, un an après le lancement de l'UPM à Paris le 13 juillet 2008. Le poste de secrétaire général devrait revenir à un pays du sud, en contrepartie de l'installation du siège de l'UPM à Barcelone décidée en novembre dernier. "La logique voudrait que l'Espagne succède à la France à la co-présidence de l'UPM.

Il faudra encore décider quel pays du Sud succèdera à l'Egypte", a-t-il ajouté. La France et l'Egypte sont actuellement co-présidentes. "Le processus politique a été gelé" après la guerre de Gaza en janvier, a rappelé M. Guaino. L'UPM regroupe 43 membres, don’t les pays de l'Union européenne, Israël, la Turquie et les pays arabes du sud de la Méditerranée. "Tout repart doucement. Tout le monde le sait, c'est fragile. Personne n'a souhaité sortir de l'Union pour la Méditerranée malgré les drames", s'est-il félicité.

Une réunion des ministres des Finances s'est tenue à Bruxelles le 7 juillet, après une réunion ministérielle sur l'environnement à Paris le 25 juin. L'UPM avancera selon lui avec des projets : "On ne va pas régler le problème israélo-palestinien, de Chypre ou du Sahara uniquement en parlant de la dépollution de la Méditerranée. Mais ça peut contribuer à faire progresser la cause de la paix et du développement".

Il a évoqué plusieurs sources de financement, comme la Banque mondiale "prête à prêter entre 750 et un milliard d'euros" pour des projets de développement durable en Méditerrannée. Les fonds souverains des pays du Golfe sont également intéressés par le financement de projets, selon lui.





09/07/2009 - L’UPM un an après
La Conférence organisé par le CAMED : « L’UPM un an après » se tiendra le jeudi 9 juillet à l’Assemblée Nationale Salle Colbert à 19H 30.

Le 9 Juillet 2009, l’Association le cercle amical pour la Méditerranée(le CAMED), réunit à l’Assemblée Nationale, Salle Colbert des représentants des milieux économiques, bancaires, politiques, associatifs, culturels, des grandes institutions impliquées dans les projets méditerranéens et qui constituent véritablement le tissu vivant d’un échange entre les différentes villes de la Méditerranée.

Le Cercle Amical pour la Méditerranée (CAMED) est une association loi 1901 qui a pour objectif l'ouverture, la diversité, la promotion, l'aide au développement durable des villes de la Méditerranée par le groupement amical en France et le maintien de liens étroits avec tous les pays de l'Union pour la Méditerranée.

Cette conférence placée sous la présidence d’honneur du Pr Bernard Debré, a pour objectif de célébrer le premier anniversaire de cette UPM et de relancer les débats sur ce grand projet qu’est l’Union pour la Méditerranée spécialement en ces temps de crise économique et financière mondiales et aussi politique.

Cette conférence s’articulera autour de cinq thèmes et verra la participation de cinq personnalités du monde de la politique, de l’entreprise, de l’économie, de la culture et des finances autour du Professeur Bernard Debré, Ancien Ministre, Député de Paris.

Les sujets traités en présence du Pr Bernard Debré en modérateur seront :
   -   Les marchés et les économies mondiaux spécifiquement les pays de l’UPM face à la crise, les projets et leurs évolutions : Monsieur Anthony Osullivan , Président de la division du développement du secteur privé, OCDE.
   -   L’impact de la crise économique et financière sur les investissements dans les pays membres de l’UPM, les réponses et les valeurs ajoutées: Monsieur Henry Marty Gauquié, Directeur liaisons avec les organisations internationales représentant de la BEI à Paris.
   -   L’UPM après Gaza : Monsieur Nassif Hitti, Ambassadeur de la ligue arabe à Paris.
   -   Le conseil culturel de l’UPM : Madame Cécile Longé, Secrétaire Général du conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée.
   -   La relance sur la rive Sud : Monsieur Hédi Jilani, Président de l’Union tunisienne de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat.


Contact Presse : Association le CAMED au 0633912543 ou par courrier électronique à l’adresse suivante : info@le-camed.com.
Programme en ligne sur : www.le-camed.com


Ce colloque est organisé par Madame Ijab Khoury, Présidente du CAMED avec la collaboration de son Président d’honneur le Pr Bernard Debré et le concours de l’Assemblée Nationale.





07/04/2009 - Rachida DATI - Ministre actuelle de la justice en France
Mardi 7 Avril 2009

Rachida DATI, ministre de la justice, garde des sceaux dans le gouvernement actuel de François Fillon, numéro deux sur la liste des européennes en Ile de France avec en tête de liste ‎Michel Barnier, actuel Ministre de l'agriculture était reçue par Docteur Joe Khoury et Madame Ijab ‎Khoury, Adjointe au Maire du 16ème arrondissement, Présidente du CAMED, en présence du Professeur Bernard DEBRÉ, ‎ancien Ministre et Député de Paris, de nombreux élus et conseillers de Paris, pour promouvoir la campagne des législatives européennes. ‎

Après les allocutions de bienvenue et les présentations, Madame KHOURY a appelé à voter et éviter l'abstention car nous nous devons de gagner cette campagne que mène L' UMP, dit-elle, ‎surtout que face à la mondialisation, à la chine et à l’Inde, nous devons nous imposer au travers ‎de l'Europe. Madame DATI a remercié le Président SARKOZY qui au travers de l'Union pour la ‎Méditerranée œuvre à l'établissement de la paix au moyen orient. Le professeur Bernard ‎DEBRÉ ancien ministre, député de Paris a insisté sur l'importance du partenariat européen ‎notamment au niveau de la recherche médicale et universitaire..... prenant la parole Madame la Ministre détaillait et démontrait l' ‎importance des élections européennes, tout en rappelant le rôle qu’ a joué l' Union et plus ‎particulièrement la France en la personne du président de la République Nicolas SARKOZY en ‎collaboration avec l'Allemagne au sein de la dernière réunion du G20 à Londres face à la crise économique mondiale.





20/02/2009 - Medinvest ‎‎2009
Le 20 février Madame Ijab Khoury, adjointe au Maire du 16ème arrondissement et présidente du CAMED, cercle amical pour la méditerranée rejoignait la délégation française présidée par M. Ernest Antoine Sellière ancien président du MEDEF pour assister au forum «Medinvest 2009» rassemblement économique et financier groupant les pays méditerranéens organisé par le magazine «Al Iktissad Wal Aamal» et présidé par M. Jacques Sarraf, président de «Businessmed» qui s’est déroulé à l’hôtel Phoenicia Intercontinental de Beyrouth. Etaient présents à cette grande manifestation M. Antoine Menassa et Roger Hani Président et vice-Président de l’UCLM.

Le 21 février, les participants au forum ont été reçus par le Président de la République, S.E. le général Michel Sleiman ainsi que par le premier ministre, M. Fouad Siniora après quoi, ils ont fleuri la tombe du Président Martyr Rafic Hariri.

A la veille de son départ, Me. Ijab Khoury a été l’invitée d’une émission sur Radio Orient saisissant l’occasion pour parler de son engagement politique auprès de Nicolas Sarkozy et pour réitérer son appel à la laïcité au liban.





02/02/2009 - Le Dialogue et le Métissage Culturel pour la Méditerranée
Le colloque sur le Dialogue et le Métissage Culturel pour la Méditerranée s'est ouvert le lundi 2 Février à l'Assemblée nationale à Paris, Salle Victor Hugo. Au programme six tables rondes animées par des intervenants spécialistes de l'histoire, de la culture et des religions de la méditerranée.
A l'initiative du cercle amical pour la méditerranée présidée par Dr. Ijab Khoury et sous le patronage du Président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer et du Ministre des affaires Etrangères, Bernard Kouchner, le colloque sur le dialogue et le métissage culturel s'est ouvert sur une allocution du secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie, Alain Joyandet en présence du Président d'honneur du colloque, Bernard Debré. "La génétique, l'histoire, les invasions, le passé… Autant de points communs au bassin méditerranéen". Mais il n'y a pas que l'histoire qui doit être commun, a ainsi souligné M.Joyandet. "Nous avons aussi le présent à élaborer par le biais notamment de propositions concrètes qui engagent l'avenir de cette région marquée par les guerres, les conquêtes, les victoires des uns et des autres. Ce que nous voudrions, c'est construire un pôle de stabilité et de paix "Le Ministre a ensuite énuméré les différents projets auxquels l'Union pour la Méditerranée compte s'atteler, notamment" les autoroutes de la mer, l'energie solaire, l'Université de la Méditerranée, l'initiative méditerranéenne de développement des entreprises.
De son coté, Christopher Chagoury, au nom de son père Gilbert chagoury qui parraine également ce colloque, a souligné que "Babel vaut mieux qu'une langue unique. C'est au sein de l'UPM que ces mots revèlent tout leur sens "car l'UPM signifie un avenir de paix, de démocratie, de prospérité, et de coopération humaine et sociale "une unité de cultures qu'il faut réaliser".
Ijab Khoury a a relaté les trois raisons qui l'ont poussé à organiser ce colloque:la première c'est que

"La Méditerranée a été de tout temps un lieu d’échanges et de confrontations parce qu’elle est, sur un espace donné, à la fois un lien et une fracture pour des civilisations qui ont structuré une grande partie du monde".

"Il y a ensuite l’avenir, tout simplement l’avenir.

et la troisième raison c'est que "Nous sommes dans le monde de la Méditerranée, c'est-à-dire éminemment le monde du volontarisme, un monde où pour faire l’individu doit croire et pour croire il doit s’impliquer".

"Mon implication avec d’autres, c’est L’Association CAMED que j’ai crée et que je préside et qui a pour vocation de participer au dialogue et métissage culturel entre les sociétés civiles des villes méditerranéennes." Les six tables rondes se sont articulées autour des thèmes suivants:l'Upm enjeux et perspectives,existe-t-il une identité méditerranéenne?dialogue entre les rives de la Méditerranée,christianisme islam judaîsme:bouillon culturel religieux dans le bassin méditerranéen,l'économie et l'UPM, les apports de la diversité culturelle.Un large panel de personnalités de premier plan ont marqué ce colloque don’t Christian de Boissieu,Nassif Hitti,Joseph Maila,Elie Chouraqui,Dominique Borne, la députée Européenne Béatrice Patrie,la Sénatrice Bariza Khiari,Les ex-Ministres ,Hassan Abouyoub,Ibrahim el Daher et Jean -François Copé,Henry Laurens,Georges Corm,Bernard Heyberger,Vénus Ghata-Khoury,Michèle Gendreau-Massaloux,Michel Derdevet.Dominique Baudis a fait une allocution et Fadéla Amara Ministre de la Politique de la ville a clôturé le colloque. Les participants au colloque ont été reçus le soir au Secrétariat d'Etat à la Coopération et à la Francophonie par le Ministre Alain Joyandet.







Copyright © 2009 CAMED.  Tous Droits Réservés. VINTOB