Actualités

09-Jul-09

Déclaration de M. Henri Guaino, Conseiller du Président de la République

Déclaration de M. Henri Guaino, Conseiller du Président de la République
Méditerranée
L'Union recherche un secrétaire général
La désignation devrait avoir lieu fin 2009
Publié le : 10.07.2009 | 16h43 dans : lematin.ma


Le conseiller spécial du président français Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a espéré jeudi que le secrétaire général de l'Union pour la Méditerrannée (UPM) soit désigné à la fin de l'année.


"On espère avant la fin de l'année avoir désigné le secrétaire général et les secrétaires généraux adjoints", a-t-il déclaré lors d'une conférence organisée par Me Ijab Khoury Présidente du CAMED et le Pr Bernard Debré,ancien Ministre,Député de Paris à l'Assemblée nationale française, un an après le lancement de l'UPM à Paris le 13 juillet 2008. Le poste de secrétaire général devrait revenir à un pays du sud, en contrepartie de l'installation du siège de l'UPM à Barcelone décidée en novembre dernier. "La logique voudrait que l'Espagne succède à la France à la co-présidence de l'UPM.

Il faudra encore décider quel pays du Sud succèdera à l'Egypte", a-t-il ajouté. La France et l'Egypte sont actuellement co-présidentes. "Le processus politique a été gelé" après la guerre de Gaza en janvier, a rappelé M. Guaino. L'UPM regroupe 43 membres, don't les pays de l'Union européenne, Israël, la Turquie et les pays arabes du sud de la Méditerranée. "Tout repart doucement. Tout le monde le sait, c'est fragile. Personne n'a souhaité sortir de l'Union pour la Méditerranée malgré les drames", s'est-il félicité.

Une réunion des ministres des Finances s'est tenue à Bruxelles le 7 juillet, après une réunion ministérielle sur l'environnement à Paris le 25 juin. L'UPM avancera selon lui avec des projets : "On ne va pas régler le problème israélo-palestinien, de Chypre ou du Sahara uniquement en parlant de la dépollution de la Méditerranée. Mais ça peut contribuer à faire progresser la cause de la paix et du développement".

Il a évoqué plusieurs sources de financement, comme la Banque mondiale "prête à prêter entre 750 et un milliard d'euros" pour des projets de développement durable en Méditerrannée. Les fonds souverains des pays du Golfe sont également intéressés par le financement de projets, selon lui.